Publication - 27e rapport de la Fondation Abbé Pierre sur l'état du mal-logement en France

À moins de trois mois de l’élection présidentielle, la Fondation Abbé Pierre a publié début février son 27e rapport annuel sur « L’Etat du mal-logement en France ». Alors que le pays est encore en proie à une grave crise sanitaire, ce rapport en dessine un portrait marqué par la précarisation de couches entière de la population, avec des conséquences visibles sur le mal-logement : jeunes entravés dans leur accès à l’autonomie, quartiers populaires enlisés, ménages touchés par la hausse des loyers et des prix de l’énergie, service d’accompagnement social engorgés… la crise du logement continue de fracturer en profondeur la société française.

Ce rapport est aussi l’occasion de dresser un bilan critique du quinquennat écoulé au regard des politique de lutte contre le mal-logement et la pauvreté. Selon la Fondation, ce mandat s’achève loin des promesses d’un « choc de l’offre » de logements et d’un accès important au « Logement d’abord » alors que le pays compte 300 000 personnes privées de domicile fixe.

Si les crises des gilets jaunes et du Covid ont été l’occasion de soutenir les ménages modestes, d’ouvrir davantage de places d’hébergement d’urgence et de soutenir les aides à la rénovation énergétique, les choix budgétaires et fiscaux jugés inégalitaires, notamment les coupes budgétaires subies par les APL et le secteur Hlm, font des plus pauvres restent les oubliés de ce quinquennat.

Ce 27ème rapport énonce également des propositions pour l’élection présidentielle 2022, qui nécessiteront de nouvelles politiques de la part de l’Etat mais aussi une implication des collectivités locales. Parmi elles :

  • en matière de rénovation énergétique, aller davantage vers des rénovations globales, qui ne représentent aujourd’hui que 1% des primes versées, contre 86% pour les travaux ponctuels ;
  • le doublement du chèque énergie et la suppression des coupures ;
  • sur la lutte contre l’habitat indigne, la création d’une Agence nationale des travaux d’office, destinée à mutualiser les compétences et permettre aux villes de petites tailles de faire face, seules, à des procédures complexes.

Consulter le 27e rapport dur l’état du mal-logement