La qualité énergétique des logements vendus s'est améliorée depuis 10 ans

Sur la base des ventes de logements anciens en fonction de l’étiquette DPE, une étude des Notaires de France montre que la qualité énergétique des logements vendus (maisons comme appartements) s’est améliorée en 10 ans.

De manière plus spécifique :

  • Les ventes de logements énergivores classés E, F et G diminuent (de 3,1 à 6,9 points selon les cas) contrairement à la vente de logements plus performants qui progresse ;
  • La part des appartements classés F et G passe de 19,8% des ventes en 2011 à 9,4% en 2021 ;
  • Celle des maisons individuelles classée F et G passe de 22,3% à 12,9%.

Par ailleurs, sur la crainte que les ventes de passoires thermiques n’explosent du fait de la mise en œuvre de la loi climat et résilience  (qui à terme interdira la location des logements classé E, F et G) et du nouveau DPE, les Notaires de France précisent que cet effet ne se ferait pas encore sentir : « si la modification du DPE a pu laisser augurer une augmentation des volumes de vente des classes F et G, les bases immobilières notariales, en l’état actuel, ne confortent pas cette analyse. Il apparaît trop tôt de pouvoir affirmer que cette tendance puisse exister ».

Consulter l'article dans son intégralité ICI (Banque des territoires) ainsi que la "Note de conjoncture immoblière" de janvier 2022