Publication | Politisation de la vulnérabilité énergétique à Barcelone: entre déconfinement et reconfinement

L'article Politisation de la vulnérabilité énergétique à Barcelone : entre déconfinement et reconfinement a été rédigé par Lise Desvallées, Olivier Coutard et Jonathan Rutherford et publié dans la revue Geoforum en novembre 2020. Il étudie les diverses actions, interventions et stratégies initiées depuis le début des années 2010 pour répondre à l'augmentation des situations de vulnérabilités énergétiques dans la région de Barcelone. En s'appuyant à la fois sur des avancées conceptuelles récentes autour des politiques énergétiques, et sur un travail de terrain approfondi mené pendant plus de deux ans, les différents processus et arènes par lesquels ces situations ont été politisées sont étudiés. Les auteurs montrent comment cela implique un mouvement en deux étapes de déconfinement et de reconfinement.

Dans un contexte marqué par l'austérité, un tissu urbain inefficace sur le plan énergétique et un système énergétique centralisé et monopolistique, la vulnérabilité énergétique est sortie de la sphère domestique et privée pour devenir un problème public à travers le débat parlementaire, des manifestations populaires et des initiatives des autorités locales. Pourtant, un mouvement de reconfinement du problème dans l'espace domestique est observé dans le même temps, avec une multiplication de politiques locales ciblant la mesure, l'audit et l'équipement " à faible coût " de la consommation d'énergie domestique. Les auteurs soutiennent qu'en reprivatisant ce qui était devenu une question publique et en redistribuant ainsi la responsabilité du changement au niveau des ménages, les autorités et les praticiens continuent d'ignorer les facteurs systémiques à l'origine des situations de vulnérabilité énergétique, et reproduisent un statu quo qui ne profite qu'aux compagnies d'énergie. La contribution de cet article est donc de montrer une politique d'accès à l'énergie qui est de plus en plus constituée par des formes de relations enchevêtrées, fluides et floues entre les questions domestiques et collectives. 

Retrouvez l'article (en anglais) ICI